Le pognon, les lasagnes et la révolution sociale

Letzten Mittwoch um 18:03


Text only:

                                                           
Le pognon, les lasagnes et la révolution sociale

L'ACTUALITÉ DU JOUR PAR Guillaume Maujean

@gmaujean

À NE PAS MANQUER


Le pognon, les lasagnes et la révolution sociale


Mais pourquoi diable l’Elysée a-t-il publié cette courte vidéo sur Twitter dans laquelle Emmanuel Macron regrette qu’un « pognon de dingue » soit dépensé pour les minimas sociaux ? Sur le fond, difficile de le contredire. La France est championne des aides sociales sans parvenir pour autant à endiguer l’exclusion et la pauvreté.
On peut s’interroger en revanche sur la forme du message, envoyé peu avant un grand discours sur la réforme des aides sociales. Discours très attendu, alors que la cacophonie pointait depuis quelques semaines au sein de l’exécutif. Le chef de l’Etat voulait « redonner de la cohérence » à son approche sociale.
Retrouver un « fil directeur », plutôt que « la lasagne faite avec de la paella », dixit la même vidéo. Devant le congrès de la Mutualité française, Emmanuel Macron a promis une « révolution » de la protection sociale, sans annoncer de grandes mesures à l’exception d’une loi sur la dépendance.
Il a estimé qu’il ne fallait pas se « contenter de la redistribution monétaire » et souhaité des solutions « plus efficaces que de l’argent mis sur la table ». Comme disait Audiard, l’avantage, quand on parle de pognon, c’est qu’à partir d’un certain chiffre tout le monde écoute.




SI VOUS N'AVEZ QU'UNE MINUTE

AT&T – Time Warner : le deal qui change tout
 

Le mariage à 85 milliards de dollars entre les deux groupes télécom et média, bloqué par l'administration Trump l'an dernier, a été finalement validé par un juge. Il devrait déclencher une grande vague d'opérations dans le secteur.

 

Lire ici

Migrants : le ton monte entre Paris et Rome
 

L'affaire de l'Aquarius a envenimé les relations entre la France et l'Italie. Le nouveau président du Conseil, Giuseppe Conte, pourrait annuler sa rencontre, vendredi à Paris, avec Emmanuel Macron.

 

Lire ici

Ce que révèle la panne de Saint-Lazare
 

Le trafic est revenu progressivement à la normale dans la gare parisienne après une panne de signalisation détectée dans la nuit de mardi à mercredi. Un incident qui met en lumière l'obsolescence des installations.

 

Lire ici


L'idée du jour


Les dindons de la TVA


Le gouvernement pourrait relever la TVA sur la restauration au nom de la baisse des aides aux entreprises. Mais la hausse de la TVA sera d'abord payée par le consommateur, comme le prouvent de nombreux exemples. Le contribuable risque d'être encore le dindon de la farce. Analyse de Jean-Marc Vittori.

LA VALEUR DU JOUR
 
CAC 40 à
la clôture

-0.01 %
5452.73

 
+
HAUT STMICROELECTRONICS : +4.42 %

 
+
BAS MICHELIN :
-1.92 %


Adyen



Carton plein pour cette société spécialisée dans le traitement des paiements pour des géants de l’internet comme Facebook, Netflix ou eBay, dont le cours a doublé au plus haut du jour à l’occasion de son introduction en Bourse à Amsterdam.
A 14 milliards d’euros, c’est par exemple plus qu’Atos et donc que sa filiale du même secteur cotée à Paris, Worldline, qui pèse moitié moins. Cette opération, réussie, a en tout cas eu le mérite de doper Ingenico, autre spécialiste des solutions de moyens de paiement, qui fait régulièrement l’objet de spéculation concernant un rapprochement.



LE CHIFFRE

11 millions d’euros

C’est le salaire annuel du patron de TechnipFMC, Doug Pferdehirt. Un salaire « à l'américaine » qui mécontente les salariés français.


En savoir plus


À dÉguster


La Silicon Valley gagnée par la fièvre de la trottinette électrique


Après le vélo en libre-service, c'est au tour de la trottinette électrique de faire tourner la tête des investisseurs. La start-up californienne Bird cherche à lever 300 millions de dollars supplémentaires. Une somme qui valoriserait l'entreprise 2 milliards de dollars ! D’autres start-up spécialisées dans ce moyen de transport enchaînent les levées de fonds.
Uber et Lyft sont en embuscade.



 
 
Se
désinscrire de cette newsletter

|
Découvrez
toutes les newsletters du groupe lesechos.fr

 
 
 
 

Si vous ne lisez pas correctement ce message, cliquez ici

 
 

Teilen Sie diesen Newsletter

© 2018