Changer la finance pour financer le changement

1 jahr vor
  • Html
  • Text
Bulletin d'information aux Amis de Finance Watch - Septembre 2017
Finance Watch - Pour une finance au service de la société
Afficher dans votre navigateur
English | Deutscher Artikel
Bulletin d'information aux Amis de Finance Watch - Septembre 2017  
FINANCE DURABLE

Changer la finance pour financer le changement ?

Au mieux un rêve éloigné il y a quelques années, la finance durable figure aujourd'hui en bonne place sur les agendas politiques à travers le monde : qu'il s'agisse des Nations Unies, de la Commission européenne ou des Conseils nationaux pour le développement durable, tous cherchent des moyens et stratégies pour rendre la finance plus durable.

Un grand espoir est placé dans la mobilisation des capitaux des investisseurs axés sur le long terme et des marchés financiers en général. La croyance partagée est que davantage de capitaux privés mobilisés dans l'investissement vert et durable vont faciliter la transition vers une économie à faibles émissions de carbone et la réalisation des objectifs en matière de changement climatique fixés dans l'accord de Paris ainsi que dans les programmes européens et globaux de développement durable à l'horizon 2030.

Malheureusement, tout cela restera un rêve tant que le secteur lui-même ne deviendra pas stable et durable – il suffit se pencher sur le paysage actuel des services bancaires et financiers pour le comprendre. Rien moins qu'une réforme fondamentale du secteur financier est nécessaire, une réforme de ses structures et la façon dont il alloue le capital.

Pour être vraiment durable, le secteur financier doit favoriser une diversité de modèles économiques pour répondre à différents types de projets durables – les banques locales, les mutuelles, les coopératives de crédit, les banques coopératives, les plates-formes de crowdfunding, les banques publiques, les banques centrales et les banques commerciales. Il sera alors moins dépendant à l'égard d'un seul modèle économique et ne tolérerait pas l’aléa moral, grâce auquel les banques de grande taille profitent des avantages, tandis que d'autres supportent le risque systémique. Cela nécessite de revisiter la réglementation sur l’effet de levier et les structures des grandes banques.

Le législateur peut également encourager un flux d'investissements rentables à faibles émissions de carbone en fixant un prix significatif sur les émissions de carbone dans l'économie réelle ou par des investissements publics ambitieux pour lancer des projets durables.

La création d'un système de classification des actifs durables et d’une norme et d’un label pour les obligations vertes, tels que proposés au niveau de l'UE, sont certainement utiles tant que le marché ne détermine pas les critères lui-même. Ces critères doivent être établis de façon démocratique pour évaluer les actifs financiers sur le plan environnemental, social et de gouvernance – après tout, c'est notre avenir commun qui est en jeu.

Finance Watch a toujours œuvré pour un système financier durable. Le financement des objectifs du développement durable est également devenu l'une de nos priorités – si vous êtes intéressé, nous organiserons une conférence sur le sujet le 6 décembre 2017 à Bruxelles. Bientôt plus d'informations…

Avant de prendre la direction des travaux de recherche et de plaidoyer sur la finance durable de Finance Watch, Mireille Martini a pris le temps de rédiger un ouvrage aussi didactique qu’expert sur le sujet. « Financer la transition énergétique », écrit en collaboration avec Alain Grandjean, est paru aux éditions de l’Atelier fin 2016 et s’est vu décerner le prix Marcel Boiteux d’économie de l’énergie remis par l’Association des économistes de l’énergie.

RECENSION DU LIVRE

« Financer la transistion énergétique »

Par  Éric Vidalenc
« L’ouvrage a notamment pour ambition d’établir un dialogue entre des communautés qui ne se parlent et ne se côtoient guère : le monde de la finance et celui du climat. Mais plus largement que son titre ne le laisse penser, il propose de faire de la transition écologique et énergétique le grand projet mobilisateur du XXIe siècle, pour répondre aux enjeux écologiques, bien entendu, mais aussi économiques ou encore démocratiques. Dans une vision réformiste et en même temps radicale, l’ouvrage dresse une liste exhaustive des différents moyens à disposition pour agir. Parfois fastidieux, cet inventaire constitue toutefois un solide argumentaire et une invitation à agir. Mais si les instruments économiques sont abondants, sans un État fort qui assume son rôle de régulateur et sans réformes structurelles de la finance, pour notamment « purger les bulles », les autres efforts pourraient bien rester vains et marginaux.

La conclusion de l’ouvrage dresse une feuille de route synthétique : encadrer clairement la finance, établir un prix pour les dommages à la nature, augmenter le rendement des projets de la transition, développer un cadre de politique publique compatible avec la transition, et notamment l’utilisation d’indicateurs alternatifs au PIB, être capable de mobiliser la création monétaire et l’orienter efficacement vers la transition. Enfin, sur le plan international, à l’instar de ce que l’Agence française de développement a commencé en orientant la moitié de ses financements vers des actions à cobénéfices pour le climat, les banques multilatérales de développement doivent faire de la transition un critère central de leur soutien et de leurs interventions. »

Ce texte est un extrait d’une recension écrite par Éric Vidalenc pour la Revue futuribles, publiée le 28 août 2017.

Nous avons besoin de vous pour changer la finance!
 
SOUTENEZ-NOUS
En soutenant Finance Watch, vous participez à contrebalancer le lobby financier et à démonter les mythes que le secteur financier utilise pour protéger ses privilèges.
 

Un câlin en or, le Brexit comme prétexte…
Hadrien Mathoux décrit dans son article « Le généreux cadeau d'Emmanuel Macron aux banquiers et assureurs les plus riches », Marianne, 20 September 2017

« Il convient avant tout d’abandonner les politiques de rigueur et de mettre la finance au service de la société, et non l’inverse. »
La devise de Finance Watch mise en avant dans un nouveau rapport des Nations Unies « Au-delà de l'austérité - Vers une nouvelle donne mondiale », paru le 14 septembre 2017

Michel Santi, membre chez Finance Watch, montre les parallèles entre une catastrophe naturelle et une crise bancaire dans son nouvel article de blog « Ouragan Irma : bienvenue dans un monde d’inégalités », paru le 10 septembre 2017

Vous voulez travailler pour Finance Watch ?
Nous cherchons un/e Coordinateur/trice de nos réseaux. Si vous êtes intéressé, envoyez-nous votre candidature avant le 15 octobre 2017 ou faites circuler cette annonce dans vos réseaux.

Votre soutien nous est précieux!
Si vous souhaitez contribuer davantage à notre travail, merci de transmettre ce message à vos amis qui pourraient être intéressés. Suivez-nous sur Twitter et Facebook ou faites un don en ligne.
 
Copyright © 2017 Finance Watch, All rights reserved.
Thank you for registering as a Friend of Finance Watch. We value your support !
Our mailing address is:
Finance WatchRue d'Arlon 92Brussels 1040 Belgium
Add us to your address book
Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list

Teilen Sie diesen Newsletter

Verwandte Newsletter

© 2019